CDI

Lycée d'enseignement général et technologique

Histoire de l'établissement

HISTORIQUE DU LYCÉE

NOTRE DAME DU VOEU

HENNEBONT

 

La fondation par les Ursulines (1641 - 1954)

En 1641, le Conseil Municipal de la Ville d'Hennebont fit appel aux Religieuses de Ste Ursule pour dispenser l'enstruction et favoriser l'éducation des filles.

Les religieuses établirent leur première école dans une maison de la rue des Lombards, puis la déplacèrent sur la rive droite du Blavet, sur des terres soncédées par les moines de St Melaine de Rennes.

En 1647, elles y établirent leur monastère qui existe toujours sur le site de la maison St Hervé. Les Ursulines y resteront jusqu'en juin 1792, date à laquelle elles furent expulsées par les Révolutionnaires.

Cette période mouvementée passée, le besoin d'une école de filles se fit à nouveau ressentir avec acuité. Les Ursulines revinrent à Hennebont mais ne récupérèrent pas leur propriété de St Hervé. Elles s'installèrent rue Capitaine dans le Couvent des Grands Carmes en avril 1819. Une ordonnance royale de mars 1827 les autorisa à instruire les filles de la ville et de tenir un pensionnat.

Quoique vétustes, les locaux furent utilisés tels quels. Mais devant l'accroissement du nombre d'élèves, il fallut songer à agrandir l'existant. En 1852, un bâtiment s'élèvera entre "la poterie" et l'ancien enclos des Carmes. Il comprenait deux étages servant de dortoir et un rez-de-chaussée destiné aux salles de classes. Bien que transformé aujourd'hui, ce bâtiment forme l'aile nord des constructions actuelles, abritant les cuisines.

En 1885, l'externat fut autorisé. Un bilan, dressé en 1906, avance que près de 38 000 élèves avaient fréquenté cet établissement scolaire depuis sa fondation; ce qui est un chiffre exceptionnel en ce début de XXème siècle pour une petite ville comme Hennebont.

Les quatorze classe recevaient environ 450 élèves par an et préparaient au Certificat d'Études, au Brevet Simple, au Brevet Supérieur, au Certificat d'Aptitude... Deux langues y étaient déjà enseignées : l'anglais et l'allemand.

Le décret de juin 1908, dans le cadre de la laïcisation, devait conduire à la fermeture de l'école "congréganiste". Les immeubles, mis en vente, furent rachetés et bientôt deux "demoiselles" (religieuses sécularisées) et un evingtaine de collaboratrices prirent la relève malgré les interdictions.

En 1954, les Ursulines décidèrent de remettre l'école à la Paroisse d'Hennebont qui fit appel à une autre congrégation pour poursuivre cette œuvre scolaire.

La Congrégation de St Brieuc (1954 - 1975)

L'école reprit vit avec l'arrivée des Filles du St Esprit de St Brieuc. La nouvelle structure scolaire comprenait: l'école primaire, le 1er cycle et une partie du second cycle (la maternelle du calvaire faisait office d'annexe), un cours ménager et un internat.

Un incendie, en février 1956, détruisit la très vaste construction longeant la rue Capitaine qui abritait la majorité des classes. Les dégâts furent considérables et plongèrent les responsables dans une situation financière catastrophique... Pour faire face et permettre une reconstruction, plusieurs terrains furent vendus. Les nouveaux locaux furent bénits le 9 décembre 1957 par Mgr Bellec.

L'année 1966 fut une étape décisive dans les mutations de l'Institution Notre Dame du Vœu. La paroisse d'Hennebont fit rétrocession à la Congrégation des Filles du St Esprit des locaux occupés par les classes primaires. Les Sœurs pouvaient désormais envisager d'autres améliorations, d'autant plus que les effectifs ne cessaient de progresser.

En 1968, les classes de la rue Capitaine furent inaugurées. En 1969, l'établissement comptait 660 élèves dont 160 pensionnaires et une classe de Terminale D était ouverte cette année là.

L'année 1971 est celle de la mixité et du repartage de la "carte scolaire" de l'Enseignement Catholique sur la ville d'Hennebont.

D'importants travaux furent entrepris:

  • 1972: les terrains de sports
  • 1988: le CDI et un laboratoire de langue
  • 1990: la salle des sports

Les laïcs prennent le flambeau (1975 - 2013...)

En 1975, les Filles du St Esprit quittent la direction de l'établissement. Un premier laïc est nommé chef d'établissement: M. Le Roy. lui succèderont (par ordre chronologique): M. Dévergez, M. Germès, M. Lorcy, M. Caudal, Mme Loisel et M. Paulay